Étiquettes

, , ,

C’est parti pour un tour de 365 jours dans le Grand 8 ! Accrochez-vous car ça risque de pas mal secouer… Soyez de celles et ceux qui s’en donnent à cœur-joie pour éviter que peur et désarroi ne gâchent la griserie du défi à relever : arriver au bout, entières et entiers ! 😁
En 2017, nous déchantions, et bien dansons maintenant, sur le volcan, l’*api* 🐝
DANSE DU 8, évidemment ! 😉
Nous vous souhaitons une belle et b8nne année 2018 ! Pleine de santé, d’hum8ur et de s8lidarité. Epissét8ut ! BeeszZzoO0o – Bisous

Et si, pour attaquer l’année d’un bon pied (de la lettre ✍️) nous effeuillions cette chère Marguerite afin d’œuvrer, non pas « au noir » – autre beau bouquin de Margie Black-Bear. 😉 – mais à un avenir, un peu, beaucoup, à la folie… meilleur!… ou pas du tout, si nous persistons dans l’erreur! – Il faut dire aussi qu’à force de tronquer la locution latine d’origine : « Errare humanum est, perseverare diabolicum » (« L’erreur est humaine, s’entêter à la commettre est diabolique »), on en a perdu la substantifique moelle censée condamner le fâcheux penchant humain à persévérer dans l’erreur. – [l’ami Albert – Einstein de son nom – disait, lui : « The definition of insanity is doing the same thing over and over and expecting different results. » (« Le propre de la folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. ») … et cela n’a rien de relatif!! 🤔😏 A méditer… avant qu’il ne soit trop tard (tiflette!) 😈
*Les yeux ouverts* est un recueil d’entretiens entre Marguerite Yourcenar et Matthieu Galey, paru en janvier 1980.
Celle qui fut la 1ère femme à accéder à l’Immortalité en entrant sous la Coupole, vêtue de l’habit vert d’Académicienne, retrace, dans cet essai, l’itinéraire de son existence nomade et mouvementée, allant de son enfance flamande, d’avant-guerre de 14-18, auprès d’un père d’exception, à sa retraite aux Monts-Déserts (dans le Maine – USA) avec sa compagne Grace Frick, qui partagea sa vie pendant 42 ans, jusqu’à ce que la mort les sépare en 1979. Marguerite disparaîtra 8 ans plus tard, à l’âge de 84 ans, cela a fait précisément 30 ans, le 17 décembre 2017.
Voici un très juste résumé de cet ouvrage : « même au cœur du quotidien, elle avait le don d’élever le débat et de replacer les êtres, les événements, les circonstances dans une perspective à la mesure de l’humain. Sans réticence, avec la simplicité d’une âme sereine et l’expérience d’une sagesse conquise, intéressée par tous les aspects du monde, elle le contemplait les yeux ouverts. Regard, sentiment, action, jugement, réflexion, tout reste exemplaire dans le portrait que l’écrivain a laissé d’elle-même dans ce livre. »

—-
Veillons donc à garder « les yeux ouverts » à portée de main. Sur notre table de chevet, par exemple, vu que c’est un livre très éclairant car très brillant! … dont Marguerite a choisi le titre en référence à la dernière phrase de ses célèbres « Mémoires d’Hadrien » : « Tâchons d’entrer dans la mort les yeux ouverts. »

Et en cadeau, une vidéo de l’ami Léon, qui a oublié de se démaquiller depuis Noël.
Sa femme, elle, est plus discrète !. 😉

Publicités