Quand notre Dodo se la joue Guinness !

Mots-clefs

, , , , , ,

Quand la Réunion se met à table pour entrer dans celle des matières du « Guinness Book » en dressant la « plus longue table de pique-nique du monde ! », cela se passe le lendemain du 1er avril pour être plus crédible !. 😉
Cela se passe, un dimanche, à l’heure de l’apéro, au bord de l’eau…
C’est à 12h30 précisément que la bière de Bourbon a pu se faire mousser, sans excès mais avec raison, à l’annonce de son record mondial homologué par Anna Orford, juge mandatée par le Guinness Book, venue spécialement de Londres.
Les 322,42 mètres de ce nouveau record, établi sous les filaos bordant de lagon de l’Ermitage (île de La Réunion-France), détrônent, sans équivoque, de plus de 75m, les 247,10 m de celui détenu depuis le 24 septembre 2016, par le *Leadership Evergreen* dans le lieu-dit Evergreen du Comté de Jefferson (Etat du Colorado-USA).

Connus pour leurs traditionnels et conviviaux piques-niques familiaux dominicaux, il n’a pas fallu pousser les Réunionnais pour en voir arriver 2 milliers, les bras chargés de caris et rougails spécialement préparés pour ce challenge exceptionnel. L’occasion était trop belle d’allier l’utile à l’agréable en installant l’exploit mondial à sa table ! Une occasion à ne pas rater, comme l’a confirmé Monique, une Sainte-Suzannoise, qui réside à 60 km de l’Ermitage :
« Cela n’arrive qu’une fois dans une vie de pouvoir battre un record du monde (…) Ma famille et moi voulions absolument participer à cet évènement. Cette journée restera gravée dans nos têtes, j’espère qu’on nous verra sur la photo qui sera publiée dans le Guinness Book ».
Ainsi furent couronnés six mois de préparation, avec l’aide d’une centaine de personnes pour l’installation finale de l’immense table : « Il aura fallu 750 planches de bois, 10000 vis, 700 heures de travail et la passion de toute une île pour mener à bien ce projet hors normes », déclara Hessel Hoekstra, Directeur Marketing des Brasseries de Bourbon
(organisatrices de ce défi).

La Dodo la di, la Dodo la fé, la Dodo lé la, la Dodo lé en lèr !

*Musik & Honey* sa lé gayar èk « happy’cultrice » Maya Kamaty !

Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Saluons ce mois de Mars qui fut exceptionnellement riche en captures smartphoniques symphoniques !

Après Jane Birkin aux Francofolies de La Réunion (à la Ravine Blanche de Saint Pierre), ce fut au tour de Maya Kamaty de nous en-chanter (au Musée Stella Matutina de St Leu) avec sa carte blanche orchestrale, manoeuvrée par Laurent Goossaert et sa baguette magique, après avoir été arrangée par Frédéric Norel (grand violoniste et compositeur, connu pour ses musiques de film et de théâtre, qui a notamment travaillé avec Ravi Prasad et Ladislas Chollat).
C’est donc accompagnée par les musiciens du prestigieux Orchestre de la Région Réunion, que Maya fut notre Stella Serena, notre étoile du soir, brillante au firmament de sa ‘voix’ lactée, avec ce spectacle inédit, construit autour de son répertoire et de ses coups de coeur
(comme, entre autres, « Glory Box » de Portishead), avec, en guise de cerises guest stars sur le plateau, son talentueux père : Gilbert Pounia (leader du groupe Ziskakan) et son ensemble vocal « Les Bringelles » (èk ses dalonnes : Marie Lanfroy, Mélanie Bourire et Magali Inès).
Le tout chapeauté par le CRR – Conservatoire à Rayonnement Régional – qui fête ses 30 ans d’existence cette année, avec brio, bravo èk tutto quanto !! 😉